Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 Apr

Les combats de la résistance (correction DS 1ière 3)

Publié par Louis BRUN  - Catégories :  #première

Sujet : Les combats de la Résistance

 

Consignes : Après avoir présenté ce document en insistant sur le contexte historique, vous montrerez en quoi il nous informe sur les motivations des résistants et sur la diversité des actions menées

 

Document 1. Un seul combat pour une seule patrie, affiche éditée par la « France libre », 1943-1944

Document 1. Un seul combat pour une seule patrie, affiche éditée par la « France libre », 1943-1944

L'élève présente en premier lieu le document

 

L’élève indique la nature : une affiche de propagande

Auteur :  Emanant des services de propagande la France libre, mouvement de résistance de l’extérieure dirigé par De Gaulle

Contexte : Editée en 1943 : France occupée depuis 1940 et divisée en une zone nord occupée par les Allemands et une zone sud sous l’autorité du régime de Vichy, un régime autoritaire et antisémite qui collabore avec l’Allemagne nazie ; depuis novembre 1942, la zone sud est aussi occupée en raison des progrès des Alliés.  

Idée générale/intention/destinataire : volonté de rassembler les forces de la résistance intérieure et extérieure sous l’autorité de la France libre (De Gaulle).

 

L'élève distingue résistance intérieure et résistance extérieure et évoque l'unification des mouvements de résistance   sous l'autorité de De Gaulle

 

Les deux personnages représentent  respectivement un soldat français  (tenue : uniforme/casque, fusil) et un ouvrier (bleu de travail/clé à molette)  ; ils incarnent les mouvements de résistance de l’extérieur et de l’intérieur. 

La résistance de l’extérieur est le fait de De Gaulle qui dès 1940 lance son appel du 18 juin pour appeler tous ceux qui le souhaitent à le rejoindre à la Londres pour poursuivre le combat. D’ailleurs le soldat français est stationné en Angleterre.

La résistance  intérieure  se développe sur le territoire national (l’ouvrier est positionné sur le territoire national) ; elle est d'abord le fait d'initiatives peu nombreuses et dispersés (phénomène au départ très minoritaire : choc de la défaite, espoir mis dans Pétain qui apparaît pour de nombreux français comme le sauveur). En zone sud, plusieurs mouvements  se développement progressivement : Libération (1940), d'inspiration socialiste), Combat (1941) , modéré politiquement.

En zone nord, la présence des Allemands rend l'action plus dangereuse. Ce risque rend nécessaire un cloisonnement qui explique la multiplicité des mouvements.

L’invasion de l’URSS par l’Allemagne en juin 1941 entraîne l'entrée en résistance des communistes en 1941 (« Francs Tireurs et Partisans ») ; ils  donnent à la résistance  un remarquable dynamisme (milliers de militants).  En novembre 1942, l’invasion de la zone sud et la mise en  place du STO (1943)  entraînent également une hausse des effectifs de la résistance intérieure (Un des personnages est un ouvrier). De nombreux jeunes rejoignent les maquis.

D’après le document, les mouvements de résistance sont réunis sous l’autorité de De  Gaulle et de la France libre : l’affiche est éditée par la France libre et on devine en bas  à droite de l’image la croix de Lorraine, symbole de la France libre. Le slogan reprend l’idée de l’unification : « un seul combat pour une seule patrie ».

En 1943, Charles de Gaulle demande à Jean Moulin, ancien préfet de Chartes, d’unir les différents mouvements de résistance de l’intérieur sous son autorité. Il crée à cet effet le CNR  (Conseil National de la Résistance)  en 1943.  Tous les mouvements de résistance y  sont représentés.

Cette unification est indispensable pour préparer l’après Vichy, c'est-à-dire la France de la libération. Il s’agit d’éviter qu’une guerre civile n’éclate entre mouvements de résistance.

Pour mener à bien cette mission Jean Moulin il doit surmonter plusieurs difficultés :

- La diversité des mouvements de résistance : 16 mouvements de régions différentes, des représentants de partis politiques parfois opposés, des syndicats : difficile de trouver une ligne commune.

- La clandestinité : difficulté de réunir tous ces mouvements dans une France occupée. Jean Moulin est d’ailleurs arrêté par la Gestapo, torturé puis meurt en déportation. Le CNR continue toutefois d’exister.

 

L'élève évoque les motivations des résistants.

 

Les motivations sont doubles :

Libérer le territoire national de l’occupation allemande (on voit sur la France le symbole nazie)

Faire triompher les valeurs républicaines et restaurer la république (on peut libre la  devise de la république : Liberté, égalité Fraternité)

Les premiers résistants refusaient la défaite de la France face à l’Allemagne et donc l’occupation. Ils se battent aussi contre le fascisme. Ainsi dans son appel du 18 juin, le général De Gaulle essaie de mobiliser les Français derrière lui et son mouvement la France libre ceux qui souhaitent poursuivre le combat du côté des Alliés

Mais les motivations évoluent progressivement. A partir de l’été 1941, le régime de Vichy est rejeté par certains Français. On se bât désormais aussi contre Vichy et pour des valeurs républicaines.

A partir de 1942, la France libre fait à son tour de la restauration d’un régime démocratique son principal objectif, de Gaulle modérant sa critique de la IIIe République.

La restauration de la République est devenue le dénominateur comme entre les différents mouvements de résistance.

 

L'élève évoque les actions menées par la résistance

 

Les actions d’après  ce document sont multiples :

Actions de propagande : le document est une affiche de propagande.  En effet les résistants ont commencé à résister en diffusant des tracts, des journaux clandestins, en manifestant.

Actions de sabotage : l’ouvrier tient dans sa main une clé à molette qu’il peut utiliser pour mener des actions de sabotage au sein des usines

Actions de combat : le militaire est armée ; De Gaulle a reconstituée une armée constituée de volontaires et de nombreux combattants venant des colonies. Elle participe aux combats aux côtés des Alliées. Mais des combats sont aussi menés par la résistance intérieure puisqu’à l’initiative des communistes, les résistants créent des organisations paramilitaires, se réfugient dans les maquis et mènent  une guerre de guérilla.

 

D’autres actions peuvent être menées (une résistance civile) : soutien aux juifs persécutés, collectes d’informations pour les Alliés, aide aux évadés, ravitaillement et hébergement de résistants

 

article réédité, première publication le 08 janvier 2014

 

Commenter cet article

Archives

À propos

cafuron : mot issu du parler gaga signifiant "petite fenêtre", "oeil de boeuf éclairant un réduit" . Le cafuron est un blog d'histoire-géographie qui s'adresse au plus grand nombre ! Bonne visite !