Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
06 May

Constantinople devient Istanbul (correction DS 2nde)

Publié par Louis BRUN  - Catégories :  #seconde

Document 1. Constantinople devient Istanbul

 

Constantinople (...) fut en l'an du Sauveur de 1453, après avoir demeuré sous la puissance des chrétiens onze cent quatre-vingt-dix ans [...] prise, saccagée, rangée sous la main des Turcs qui sera à jamais perte et dommage irréparable à toute la chrétienté. Après l'avoir prise [et] délibéré d'y tenir siège de son empire, [le sultan Mehmet II] en toute diligence fit refaire les murs et quelques autres places ruinées. Et, au lieu du grand nombre de peuples qui y avait été tué et emmené prisonnier, y fit conduire par forme de colonie, de toutes les provinces et cités par lui conquises, un certain nombre d'hommes, femmes et enfants, avec leur faculté et richesses, auxquels il permit de vivre selon les institutions et préceptes de telle religion qu'il leur plairait observer, et exercer en toute sûreté leurs arts et marchandises. [...]Il donna occasion à une multitude infinie de juifs […] chassés d’Espagne de s’y aller habiter.  En peu de temps la ville recommença à devenir marchande, riche et bien peuplée.

Ce même Mehmet fut le premier constructeur du Grand Sérail (1)  (…). Immédiatement, après la prise de la cité, les Turcs changèrent [Sainte Sophie] en mosquée […].  Outre ce magnifique temple de Sainte Sophie, il y a à Constantinople trois autres belles mosquées.  (...).

La quantité de juifs habitant (…) Constantinople est si grande que c’est chose merveilleuse et presque incroyable (…). Les boutiques et les magasins les plus riches et les mieux fournis de toutes formes de marchandises (…) sont ceux des juifs. Outre cela, ils ont parmi eux des ouvriers en tous arts et manufactures très excellents (…), lesquels ont appris aux Turcs plusieurs inventions (…). Semblablement y ont dressé l’imprimerie, auparavant jamais vue dans ces régions, par laquelle, en beaux caractères, ils mettent en lumières plusieurs livres en diverses langues, grecque, latine, italienne, espagnole et même hébraïque (…). Aussi ont-ils la commodité et l’usage de parler et d’entendre toutes sortes de langues pratiquées [en Orient], qui leur servent grandement pour la communication et le commerce qu’ils ont avec les nations étrangères, auxquelles bien souvent ils servent (…) d’interprètes.

 

Nicolas de Nicolay, géographe ordinaire du roi de France,

Les Navigations, pérégrinations et voyages faits en la Turquie, 1576-1577.

 

1. Grand Sérail : allusion au palais de Topkapi dont la construction débuta en 1465

Introduire :  Présentez le document en  insitant sur le contexte historique de l'évènement décrit.

 

1. Présentez le document

 

ce document est un récit de voyage écrit par de Nicolas de Nicolay, géographe ordinaire du roi de France, et extrait de "Les Navigations, pérégrinations et voyages faits en la Turquie" publié  1576-1577. Il y décrit à la fois la conquête de la ville de Constantinople par les Ottomans en 1453 et sa transformation en ville ottomane.

 

2. Expliquez pourquoi les Ottomans entreprennent de conquérir Constantinople (rappelez l'intérêt géostratégique et symbolique que représente la ville).  

 

Les Ottomans s'intéressent à cette ville en raison de sa situation stratégique mais aussi en raison de son statut de capitale politique et religieuse. En effet, la ville se situe au  carrefour  de plusieurs routes commerciales entre Europe et Asie ; située sur le détroit du Bosphore, la ville contrôle l'accès à la mer Noire. Enfin la ville est à la fois la capitale politique de l'empire byzantin et le siège du patriarche de Constantinople, le chef religieux de l'Eglise chrétienne orthodoxe. C'est donc une conquête prestigieuse.

 

3. Comment est perçue cette conquête en Europe  ? Pourquoi ?

 

Tombée entre les mains des Ottomans en 1453, la prise de Constantinople a un énorme impact en Europe ; l'empire byzantin et en particulier Constantinople représentaient le dernier rempart face à l'islam. Elle permet  à l'empire ottoman de manifester  sa puissance et de s'affirmer face aux Européens en Méditerranée. L'auteur parle d'ailleurs d'une" perte et dommage irréparable à toute la chrétienté."

 

Partie 1. Montrez en quoi  ce document  nous informe sur la transformation de  Constantinople, capitale byzantine,   en Istanbul, capitale ottomane.

 

4.  Quel sort connaît la ville au moment de la conquête ?

 

L'auteur insiste sur la violence de la conquête  et décrit une ville " saccagée, rangée sous la main des Turcs". Les remparts mais aussi une partie de la ville sont détruits (allusion aux remparts et places reconstruits).

Une partie de la population est massacrée ou faite prisonnière, réduite en esclavage ("peuples qui y avait été tué et emmené prisonnier").

 

5. Comment, d'après l'auteur,  le sultan traite-t-il Constantinople une fois la conquête achevée  ? Dans quel but ?

 

Très rapidement la ville fait l'objet de nombreux travaux d'aménagement : le sultan entreprend de restaurer la ville. On apprend ainsi dans le texte que les remparts sont reconstruits  ; la basilique Sainte Sophie (qui était le lieu où l'empereur byzantin était sacré mais aussi le siège du patriarche de Constantinople) est transformé  en mosquée ;  L'auteur fait également référence à d'autres édifices qui sont également construits : mosquées, palais du sultan . Constantinople devient Istanbul et se dote d'une architecture caractéristique d'une ville musulmane (non évoqué dans le texte : bazar, hammam, bibliothèque, observatoire...) et s'affirme comme la plus belle ville d'Europe au XVI°siècle.

Ce vaste programme architectural traduit les ambitions du sultan et de ses successeurs. Il souhaite faire de la ville  sa capitale politique ("tenir siège de son empire"). Mais Il souhaite aussi en faire une nouvelle capitale pour le monde musulman. D’ailleurs après la conquête de l’Egypte en 1517 par les Ottomans (Sélim Ier) et la disparition des derniers califes au Caire, les sultans prennent le titre de calife (chef à la fois religieux et politique du monde musulman, l’équivalent du pape et de l’empereur dans le monde médiéval).

 

Partie 2. Montrez en quoi ce document nous montre qu'Istanbul s'affirme comme un lieu de contacts entre cultures et religions

 

6.  Comment évolue le peuplement de la ville ? Pourquoi ? Rappelez le poids démographique des différentes minorités présente à Istanbul et leur statut ?

 

Le sultan décide de repeupler la ville. Il organise des déplacements forcés de population  à partir des provinces de 'l'ensemble de son empire ("conduire par forme de colonie, de toutes les provinces et cités par lui conquises, un certain nombre d'hommes, femmes et enfants")

Il accueille également les juifs persécutés d'Espagne  ("Il donna occasion à une multitude infinie de juifs […] chassés d’Espagne de s’y aller habiter").

cette politique de peuplement est efficace car la population de la ville est multipliée par 16 en un siècle environ.

Istanbul est donc une ville cosmopolite où les minorités religieuses  bénéficient du statut de dhimmi : ce statut d'infériorité leur garantit de la liberté de culte contre le versement d'un impôt ("il permit de vivre selon les institutions et préceptes de telle religion qu'il leur plairait observer")

 

7.  Quels bénéfices la ville tire-t-elle de la variété de son peuplement ?  Justifiez

 

Les bénéfices sont multiples.

Les non musulmans jouent un rôle économique important (rôle commercial et artisanal) et contribuent au dynamisme de la ville ("Les boutiques et les magasins les plus riches et les mieux fournis de toutes formes de marchandises (…) sont ceux des juifs. Outre cela, ils ont parmi eux des ouvriers en tous arts et manufactures très excellents")

Le bénéfice est aussi culturel : l’arrivée de l’imprimerie,  nombreuses traductions (Les Juifs sont des passeurs de culture car ils maîtrisent plusieurs langues) (voir la fin du texte).

 

 

La basilique Sainte Sophie évoquée dans le document et  transformée en mosquée (Photo de Pascal Sebah, 1880)

La basilique Sainte Sophie évoquée dans le document et transformée en mosquée (Photo de Pascal Sebah, 1880)

Commenter cet article

Archives

À propos

cafuron : mot issu du parler gaga signifiant "petite fenêtre", "oeil de boeuf éclairant un réduit" . Le cafuron est un blog d'histoire-géographie qui s'adresse au plus grand nombre ! Bonne visite !