Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Oct

Récits d'élèves : l'histoire de mes origines (6)

Publié par Louis BRUN  - Catégories :  #Projet Parcours d'immigrés

Les élèves de 1ière 3 participent cette année à un projet Euréka intitulé "Parcours d'immigrés en Ondaine". Depuis le début de l'année, ils ont pu découvrir la place  (centrale et trop souvent occultée !)  qu'occupent les étrangers dans l'histoire de France !  

A cette occasion, je leur ai demandé de mener l'enquête dans leur propre famille et de produire un petit texte racontant l'histoire de leur(s) origine(s) étrangère(s). Au delà de chaque histoire, ce fut l'occasion pour chaque élève de s'interroger sur lui-même et sur les autres et de discuter en famille d'un parcours individuel qui s'inscrit dans une histoire universelle : celle de la migration et du vivre ensemble. 

La carte des origines des élèves de 1ière 3

La carte des origines des élèves de 1ière 3

Tlemcen en Algérie d'où vient une partie de la famille de Kenza

Tlemcen en Algérie d'où vient une partie de la famille de Kenza

Kenza raconte l'histoire de ses grands-parents maternel et paternel

 

Tout d'abord, étant d'origine algérienne je me suis intéressée aux parcours migratoires de mes grands-parents maternelle et paternelle.

Ayant peu connu mon grand-père, j'ai pu obtenir quelques informations sur lui par l'intermédiaire de mon père. Mon grand-père paternel était originaire du village de Kef près de Oran en Algérie. Il était berger jusqu'à l'âge de 18 ans et a  travaillé dans les mines d'Algérie.

Il est parti de son pays dans les années 1950 pour aller travailler en France comme la majorité des jeunes de son village. Son parcours pour arriver en France a été difficile car il n'avait pas de permis de travail. Il est donc passé par le Maroc, l'Espagne et est arrivé en France.

Il a été accueilli à Saint Étienne par son oncle. A cette époque,  la mine de Saint Étienne recherchait du monde et donc il a été embauché rapidement.

Quand j'étais enfant mon grand-père m'avait expliqué qu'un jour à la mine il y a eu un « coup de grisou » et beaucoup de gens sont morts. Quant à lui, il s'en est sorti avec la moitié du pied coupé.

 

Mon grand-père maternel était originaire du village de Nedroma à Tlemcen en Algérie. Il est venu en France dans les années 1955 avec ses frères car sa belle mère les avait  mis dehors : il avait  12 ans. En effet, mon arrière grand-père s'était  remarié avec une femme qui n'aimait pas ses enfants. Ils ont été donc obligés, dans un premier temps,  de chercher du travail en Algérie. Mais la situation économique  était difficile et  ils n'ont pu obtenir que des « petits boulots » faiblement rémunérés.

Son oncle, installé depuis à Firminy,  était au courant de la situation  misérable dans laquelle se trouvait mon grand-père. Il lui a donc proposé de venir le rejoindre  en France. Tout d'abord, mon grand-père a logé chez son oncle le temps de trouver un travail. Puis il s'est installé dans un taudis à Firminy. Il a été dans un premier temps  embauché dans des entreprises de métallurgie à Aurec puis dans l'entreprise de métallurgie « Creusot- Loire » (Firminy) devenue par la suite C3f. C'est à Firminy qu'il a fait la connaissance de ma grand-mère, elle même originaire d'Algérie, et plus particulièrement d'Alger.

Je n'ai aucune connaissance de sa première impression à son arrivée en France mis à part qu'il s'entendait bien avec les personnes de son travail et les gens de l'extérieur.

 

Maxence raconte l'histoire de ses arrière grands-parents

 

Mon origine Italienne remonte à mes arrière grands-parents. Ma grand-mère m'a raconté l'histoire de ses parents, alors âgés d'une vingtaine d'années, qui ont fait ce voyage.

Mon arrière grand-mère est née le 3 mars 1911 et mon grand-père quant à lui le 18 novembre 1909.

Ils sont venus du nord de l'Italie entre les années 1920/1930  car les conditions de vie en Italie étaient trop mauvaises. Je n'ai pas pu recueillir la date précise car l'histoire s'atténue avec le temps, les souvenirs sont de plus en plus flous, ils disparaissent petit à petit.

Ils sont arrivés en France en bus et ont fini le voyage grâce aux gens rencontrés sur leur chemin ; ces derniers les  ont aidés à rejoindre la région du Rhône où ils ont passé quelques années et où ma grand-mère et son frère sont nées 10 ans après leur arrivée en France. Ils ont vécu dans un petit appartement misérable de Oullins à Lyon . Cet appartement était composé de deux pièces, une chambre collective et une pièce à vivre.

Ils ont ensuite déménagé pour venir s'installer dans l'Ondaine à Unieux plus précisément dans les années 45/50 car la vie était trop chère à Lyon et le travail n'était pas à la auteur de leurs attentes. L’Ondaine offrant de fortes possibilités de travail ils ont choisi Unieux pour s'installer.

Mon arrière grand-père a du avoir du mal à s'intégrer en France car il ne parlait pas ou très peu le français ;  cela a dû lui poser un peu de problème dans son travail pour se faire comprendre.

Quant à mon arrière grand-mère, elle ne travaillait pas…

Ma grand-mère qui est née en France parle le français et est allée à l'école. Peu de gens savait qu'elle était d'origine italienne ;  elle n'en parlait pas ou peu, par peur d'être exclue.

Aujourd'hui encore elle essaie d'entretenir le souvenir avec de la cuisine typique de l'Italie. Mais le temps fait son œuvre et les souvenirs s'estompent...

 

Commenter cet article

Archives

À propos

cafuron : mot issu du parler gaga signifiant "petite fenêtre", "oeil de boeuf éclairant un réduit" . Le cafuron est un blog d'histoire-géographie qui s'adresse au plus grand nombre ! Bonne visite !