Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
06 Jan

Michel Delpech : l'air du temps !

Publié par Louis BRUN  - Catégories :  #sortir de la classe

Michel Delpech nous a quitté mais ses chansons restent ; Ces plus grands succès sont révélateurs de l'évolution socio-économique que connaît la France à la fin des Trente Glorieuses . Témoin de son temps, il aborde avec simplicité les grandes thématiques sociétales des années 70.

 

"Chez Laurette" (1996) : L'affirmation de la jeunesse comme un groupe autonome

 

Dans "chez Laurette" (1966), Michel Delpech nous livre sa vision nostalgique  d'un groupe de copains qui se retrouvaient dans un café. Comment ne pas voir à travers cette ritournelle ces enfants du baby boom qui s'affirment de plus en plus comme un groupe autonome (ils disposent chez Laurette "d'un coin pour nous") : les adolescents ! Le regard sur la jeunesse change  et les adultes ne les comprennent plus (sauf Laurette !) ; Cette jeunesse a ses propres angoisses et préoccupations (la chanson évoque les peines de coeur de ces adolescents)  ; ce sont aussi des consommateurs qui disposent " d'argent de poche" qu'ils passent dans les "machines à sous".

On peut relire l'article du sociologue Edgard Morin publié dans Le Monde le 6 juillet 1963 qu'il consacre au phénomène des "copains".

Pour un flirt  (1971) : révolution sexuelle ?

 

Quelle chanson (et quel clip !) ! Michel réclame un flirt ! cette jeunesse évoquée ci-dessus accompagne la révolution sexuelle. Dans le clip les minijupes, apparues en 1965,  dévoilent le corps des jeunes filles !   On parle de manière beaucoup plus libre des relations hommes-femmes ! Dans cette chanson, le jeune Michel ne cherche pas une relation stable et durable ! Il réclame un "petit tour entre tes draps." Désormais, on prend conscience que les relations prénuptiales chez les jeunes se généralisent et sont de plus en plus précoces. D'ailleurs la pilule n'est-elle pas autorisée depuis 1967 ?

Loin d'être une révolution, ce phénomène est plutôt une "évolution de longue durée qui a conduit les individus vers une sexualité plus libre " (Anne Marie Sohn La « révolution sexuelle a-t-elle eu lieu ? Les collections de L'Histoire n°5,  1999). Mais les choses s'accélèrent dans les années 60-70. 

 

Les divorcés (1973)  : l'évolution des modèles familiaux

 

Evolution des mentalités, perte d'influence du catholicisme...c'est à partir des années 70 que le nombre de divorce commence à augmenter de manière significative. Il n'est plus désormais atypique  : aujourd'hui 1 couple sur 4 divorce avant la quatrième année de mariage. Dans Les divorcés , Michel Delpech évoque donc une situation qui deviendra de plus en plus courante.

Dans une France qui n'autorise pas encore le divorce par consentement mutuel (l'avocat dans la chanson ne trouve d'ailleurs pas d'excuse à l'épouse de notre cher Michel : "Il a fallu que je t'accuse"), Michel Delpech revient sur les déboires d'un couple divorcé : gestion de l' enfant "l'après midi je t'enlèverai Stéphanie, j'ai toujours été son idole"", répartition des biens ("tu garderas l'appartement") la recherche de l'autonomie financière de l'ex-épouse

 

Le chasseur (1974) : un peu d'écologie !

 

Les années 70 c'est aussi le début des préoccupations écologiques ! Même "Le chasseur" (1974) devient un contemplatif ! Paysage bucolique, gibier à foison ! "Un peu coupable" , notre chasseur s'extasie devant un vol de perdreaux...la nature reprend vie ! la musique s'envole et devient plus lyrique "lorsque les oies sauvages s'en allaient vers le midi". 

 

Le Loir-et-Cher (1977) : La fin des paysans ?

 

Enfin pour terminer cette courte réflexion...Michel Delpech chante  dans le Loir-et-Cher la "Fin des paysans" (comme le décrit Henri Mendras en 1967). Cette civilisation millénaire disparait ("Ils passent tout l'automne à creuser des sillons, à tourner des hectares de terre)"...et Michel retourne dans le Loir-et-Cher voir ce qu'il reste de cette France rurale moribonde ("je n'ai jamais eu grand chose à leur dire mais je les aime depuis toujours")...quand il y pense ("tu ne penses plus à nous")...La France industrielle et désormais urbanisée oublierait-elle ses campagnes et ses paysans  ? Notre Michel est désormais bien urbain ! ça le gène "de marcher dans la boue ! "

 

Bien d'autres chansons auraient pu avoir leur place dans cet article...le choix est arbitraire...je vous laisser flâner sur la toile pour écouter d'autres chansons de Michel Delpech !

 

Commenter cet article

Archives

À propos

cafuron : mot issu du parler gaga signifiant "petite fenêtre", "oeil de boeuf éclairant un réduit" . Le cafuron est un blog d'histoire-géographie qui s'adresse au plus grand nombre ! Bonne visite !