Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 Oct

Le président de la République François Hollande et les mémoires de la guerre l'Algérie

Publié par Louis BRUN  - Catégories :  #Terminale S

17 octobre 2012 : dans un communiqué officiel, le  président François Hollande rend hommage aux Algériens morts lors de la manifestation à Paris du 17 octobre 1961 : "Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance ont été tués lors d'une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes."

 

19 mars 2016 : pour la  première fois un chef d’Etat participe à la Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc :

"Le 19 mars 1962 ce n'était pas encore la paix, c'était le début de la sortie de la guerre, dont l'histoire nous apprend qu'elle est bien souvent la source de violence, ce qui fut tragiquement le cas en Algérie avec des représailles, des vengeances, des attentats, des massacres... Alimenter la guerre des mémoires, c’est rester prisonnier de son passé, faire la paix des mémoires c'est regarder vers l'avenir (...)   ; la grandeur d’un pays se mesure à sa capacité à regarder son histoire." 

Christophe Petit Tesson, AFP , 19 mars 2016

Christophe Petit Tesson, AFP , 19 mars 2016

25 septembre 2016 : aux Invalides,  le président François Hollande reconnaît  publiquement "les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis" après la guerre d'Algérie.

Eric Feferberg/AFP, 25 septembre 2016

Eric Feferberg/AFP, 25 septembre 2016

correction du test de connaissances

 

1. Quelle attitude le chef de l'Etat adopte à l'égard de la guerre d'Algérie ?  Dans quel contexte mémoriel  peut-on replacer cette attitude ?

 

Le chef adopte une posture de recueillement et  de souvenir ;  Il assume en tant que chef d’Etat et au nom de la France les pages sombres de la guerre d’Algérie ; Cette attitude est à replacer dans un processus de reconnaissance mémorielle  comme nous le prouve ces différentes déclarations : « La République reconnaît avec lucidité ces faits. », « la grandeur d’un pays se mesure à sa capacité à regarder son histoire » ; "les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis" ; cette reconnaissance ne se limite pas aux déclarations , cela passe aussi par la participation à des commémorations officielles. Ainsi au cours de son quinquennat, François Hollande à multiplier les reconnaissances publiques :

 

-répression sanglante de la manifestation pacifique d’octobre 1961 (déclaration 1)

- abandon des harkis à l'issue du conflit

- la sortie douloureuse de la paix et ses exactions (attentats de l'OAS, massacres d'Européens, abandon des harkis...)

 

2. A l'aide de vos connaissances indiquez  et expliquez à partir de quand on assiste à un changement d'attitude de la part des autorités françaises dans le traitement de ce passé douloureux ?

 

Ce changement de position est à mettre en relation avec la loi du 18 octobre 1999 qui rompt avec l’oubli officiel organisé dès 1962 ; elle  consacre l’expression « guerre d’Algérie » à la place « d’opérations effectués en Afrique du Nord »

 

3. A l'aide de vos connaissances, dites quelle attitude la France avait adopté au lendemain du conflit.

 

Au lendemain du conflit, la France cherche à minimiser le conflit et à tourner la page.  Dès 1962, des lois d’amnisties sont adoptées (voir cours) s’appliquant aussi bien aux Français qu’aux Algériens ; il s’agit d’organiser l’oubli officiel des infractions qui ont pu être commises par les uns et par les autres ; il s'agissait alors d'oublier les divisions et les dérives de la République (voir organigramme) et permettre à la France de clore une longue période de conflit tout en permettant à la France de poursuivre sa reconstruction et sa modernisation.

 

4. Définissez ce qu'est un harki :

 

Troupes supplétives algériennes de l’armée française. Après le cessez-le-feu, les représailles qu’ils subissent font entre 30 000 et 100 000 victimes.

 

5. Dans un de ses discours, François Hollande oppose mémoires et histoire. Définissez ces deux termes. Dites pourquoi l'histoire permet de dépasser les divisions.

 

Histoire : volonté de comprendre et connaître un phénomène ou un évènement passé ; cela implique une démarche scientifique et intellectuelle reposant sur l’analyse et le discours critique.

Mémoire : individuelle ou collective, la mémoire est subjective puisqu’elle est de l’ordre de l’affectif et de l’émotionnel. Elle repose sur le souvenir vécu et transmis. Elle présuppose la sélection et l’oubli.

 

6. La participation de François Hollande  à la journée du 19 mars 2016 avait provoqué l'indignation de plusieurs associations de pieds-noirs. Dites qui sont les pieds-noirs.

 

Nom donné aux Européens naturalisés français qui vivaient en Algérie. Ils étaient 1 millions en 1962 ; 700 000 sont rapatriés en 1962 ; la réaction de certains pieds-noirs nous montrent que cette histoire a encore du mal à passer. 

Commenter cet article

Archives

À propos

cafuron : mot issu du parler gaga signifiant "petite fenêtre", "oeil de boeuf éclairant un réduit" . Le cafuron est un blog d'histoire-géographie qui s'adresse au plus grand nombre ! Bonne visite !