Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog pédagogique d'histoire-géographie et d'éducation morale et civique (E.M.C.) tire son nom d'un terme issu du parler gaga (le parler stéphanois) ; le cafuron (window in english !) est une lucarne ou un oeil de boeuf éclairant un réduit. Ce blog s'adresse tout autant aux élèves du lycée Jacob Holtzer (Firminy- Loire) qu'à un public plus large. Bonne visite !

20 Nov

Réaménager la mémoire. Les usages de Versailles de l’empire à nos jours

Publié par Louis BRUN  - Catégories :  #Histoire-Géographie-Sciences Politiques - Géopolitique

Comment le château de Versailles est-il devenu un élément incontournable du patrimoine français et mondial ?

Par groupe de 3 vous réaliserez un des trois sujets – Votre prestation orale se fera sans note -

 

Exercice 1. Versailles, un patrimoine bien vivant, un lieu d’histoire (Sujet 1)

 

Itinéraire 1

Itinéraire 2

Consignes :  à l’aide l’ensemble des ressources à votre disposition, vous réaliserez une présentation orale montrant que Versailles reste un lieu chargé d’histoire et un lieu d’exercice du pouvoir politique depuis deux siècles. Vous illustrerez votre propos par un support visuel (schéma, carte mentale, chronologie…)

1.  Dites comment Napoléon III utilise Versailles et pourquoi il utilise ce lieu pour accueillir la Reine Victoria en 1855 (document 2 p. 295)

2.  Montrez que Versailles a été aussi le théâtre de grands évènements internationaux et a été au cœur des tensions franco-allemandes) (dates-clés p. 292, documents 2 et 3 p. 295 et documents 4 et 5)

3. Montrez que Versailles est aussi un lieu d’exercice du pouvoir politique (dates clés p. 292, plan p. 293, document 4 p. 295, document 5 p. 297, document 1 p. 296 et documents 3, 5 et 6)

 

 

Exercice 2. Versailles, un patrimoine restauré : redonner à Versailles son faste et son rayonnement (Sujet 2)

 

Itinéraire 1

Itinéraire 2

Consignes : à l’aide l’ensemble des ressources à votre disposition, vous réaliserez une présentation orale mettant en évidence les grandes opérations de préservation et de valorisation de Versailles depuis deux siècles. Vous illustrerez votre propos par un support  visuel (schéma, carte mentale, chronologie…)

 

1. Dites quel sort Napoléon entendait réserver à Versailles et expliquez pourquoi (document 3)

2. Décrivez et expliquez le projet de Louis-Philippe pour Versailles (date clés, document 1 p. 294 et documents 3 et 6).

3. Mettez en évidence le rôle central joué par Pierre de Nolhac dans la préservation et la restauration du château de Versailles (acteurs clés p. 292, documents 1 et 3 p. 296-297, et document 7)

4. Montrez comment, progressivement, le château de Versailles a pu retrouver son faste (acteur clés et acteurs p. 292, documents 1 à 4 p. 296-297 et document 8)

 

Exercice 3. Versailles aujourd’hui :  un patrimoine aux usages multiples au service du soft power (sujet 3)

 

Itinéraire 1

Itinéraire 2

Consignes : à l’aide l’ensemble des ressources à votre disposition vous vous réaliserez une présentation orale montrant que Versailles restauré devient un fleuron du soft power français. Vous illustrerez votre propos par un support visuel (schéma, carte mentale, chronologie…)

1. Montrez que le château de Versailles incarne en France et dans le monde la culture à la française sous de multiples formes (schéma p. 293, documents 2 et 4 p. 296-297 et document 11)

2. Montrez comment se manifeste le rayonnement touristique de Versailles (schéma p. 293 et document 11).

3. Montrez comment les chefs d’Etats se servent de Versailles pour défendre les intérêts de la France (document 5 p. 297, documents 9 et 10)

 

 

 

Document 1. Le château de Versailles de Louis XIII à la Révolution (Château de Versailles, 12 juin 2012)

Document 2. Un château pour « le plus grand roi du monde ».

 

Matérialité de la grandeur et de la majesté du prince, Versailles s’offre à nous comme un livre d’images de l’absolutisme et, pour qui prend la peine de chercher à le lire, il peut être utilisé par l’historien, ainsi qu’il le pratique avec toute trace écrite du passé, comme une source à part entière, une architecture parlante. Car, à partir du noyau que constituait le pavillon de chasse que Louis XIII fit édifier et que son fils voulut conserver, le ou plutôt les Versailles de Louis XIV furent peu à peu construits pour manifester par l’éclat de l’or, de l’argent, du miroir, de la peinture, de la sculpture, de l’orfèvrerie, l’absolu de gloire et de puissance que le prince prétendait incarner (…).

Car tout ici, le château, le parc, mais aussi la ville majestueuse qui commence à s’édifier face à la vaste cour d’honneur, assume une signification politique. La nature et la pierre « réduites à l’obéissance » ne sont-elles pas la figure visible d’une entreprise que le roi voudrait mener à l’échelle d’un royaume peuplé de vingt millions de sujets ?

(…). Si Versailles exerça un tel pouvoir de séduction auprès des aristocraties de toute l’Europe, c’est que jamais sans doute un modèle politique n’avait trouvé traduction architecturale et esthétique aussi cohérente : l’intégration, dans un même ensemble, d’une ville neuve, d’un château aux dimensions inédites, de jardins et de dépendances, le tout conçu pour la seule gloire du prince, surchargé de sens politique, tout cela constituait un modèle capable de « dire » le pouvoir, précisément au moment où, un peu partout en Europe, en Allemagne en particulier, se construisaient des États dont le prince voulait et pouvait affirmer son autorité.

L’influence de Versailles, inséparable de la diffusion de l’ensemble de l’art français, est inséparable aussi et surtout de la fascination exercée par la culture de cour que Louis XIV imposa aux nobles et aux grands, et qui fut imitée par toutes les sociétés nobiliaires de l’Europe : il s’agit d’un ensemble de comportements faits de discipline et de contraintes dont la « politesse » apparente et le rituel obligé de l’étiquette sont les normes principales. De Lisbonne à Saint-Pétersbourg, cette froide et minutieuse « rationalité de cour » fascina les élites : école de discipline et de comportement, la société aristocratique de Versailles fut aussi un creuset de l’homme moderne.

 

Joël Cornette, Le palais du plus grand roi du monde dans Versailles, le pouvoir et la pierre, Les collections de l’Histoire n°2, juillet-septembre 1998.

Document 3. Versailles après la Révolution (Château de Versailles, 12 juin 2012)

Document 4. Versailles, 28 juin 1919. La signature du traité de paix (Château de Versailles, 28 juin 2014)

Document 5.  Versailles, un haut lieu de la République

 

A l’issue des tragédies de 1870-1871, Versailles retrouve dans la fièvre sa vocation de siège du gouvernement (1). L’installation de la République est marquée par la construction, en 1875, au centre de l’aile du Midi, d’une salle pour accueillir la Chambre (2). Dans ce retour du palais à sa fonction initiale, de siège du pouvoir, on distingue mal ce qui ressortit de la simple opportunité d’un réemploi (il faut disposer, près de la capitale, d’espaces suffisamment vastes et majestueux pour la bonne marche des institutions), et ce qui relève de la volonté de donner un lieu de mémoire au nouveau pouvoir. (…) L’État-Nation issu de 1789 s’est donc installé à Versailles, et l’identification du pays au château royal se trouve confirmé lors des conflits avec l’Allemagne. La proclamation de l’Empire allemand le 18 janvier 1871 est un affront au palais louis-quatorzien ; il sera vengé en 1919 par la signature du traité de paix dans la galerie des Glaces, épisode lui-même effacé en 1940 avec la visite éclair de Hitler victorieux dans un château démeublé. La Ve République garde la disposition de Versailles pour les éventuelles tenues du Congrès, les visites d’hôtes illustres, les entretiens présidentiels les plus prestigieux … De la commémoration du centenaire des États-Généraux, en mai 1889, à la célébration médiatique et planétaire du sommet des « pays les plus industrialisés » (3) en 1982, le château a ainsi régulièrement servi de cadre aux grandes fêtes officielles. Mais cet usage paraît toujours usurper peu ou prou (4) la légitimité ancienne du bon plaisir royal et, plus fondamentalement sans doute, réunir à tort deux images soigneusement séparées par les représentations collectives : celle du Versailles royal, ancien et prestigieux, et celle du palais de la République, fonctionnel et prosaïque, dont les ors ne sont que tolérés par des citoyens fiers de leurs élus, mais aussi contribuables soucieux de l’emploi de leurs deniers.

 

Dominique Poulot, « Versailles, lieu de mémoires », Les Collections de l’Histoire, juillet 1998.

 

1 Le 2 septembre1870, dans le cadre de la guerre contre la Prusse, Napoléon III a abdiqué. Le 4 septembre, la République est proclamée, mais de mars à mai 1871, Paris est secouée par la Commune insurrectionnelle.

2 Chambre des députés.

3 aussi appelé G7

4 plus ou moins

Document 6. Éric Landgraf, Louis-Philippe fait son histoire de France, L’Histoire n°453, novembre 2018

Document 7. Versailles et Pierre de Nolhac (Château de Versailles, 14  janvier  2020)

Document 8. Le mécénat, une longue tradition sans cesse renouvelée (Château de Versailles)

Document 9. Le château de Versailles, un outil pour les chefs d’État français dans les relations internationales

 

Emmanuel Macron reçoit ce mercredi, au château de Versailles, le prince héritier du Japon, Naruhito, qui succédera en mai 2019 à son père, l’empereur Akihito. Après le président russe, Vladimir Poutine, dès mai 2017, c’est le second chef d’État accueilli par le président français dans ce lieu chargé d’histoire, où Emmanuel Macron prononce chaque année un discours devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès. (…) « Versailles a été construit pour la mise en scène du pouvoir. Dès l’origine, ces bâtiments ont été une base physique pour renvoyer une image. C’est la galerie des Glaces. Versailles, c’est de l’image », déclarait en 2009 Denis Berthomier, alors administrateur général du lieu. En en faisant un lieu de visites officielles, Emmanuel Macron, suivant l’exemple de ses prédécesseurs, respecte l’esprit dans lequel Versailles a été construit à partir de 1623. « Dans le monde, quand on parle de la France, on connaît deux villes seulement : Paris et Versailles. Ce château est une image de marque, celle du prestige de la France et par extension celle de l’État. Il y a une continuité entre les deux », déclare au Figaro l’historien Christian Delporte (…) « le château de Versailles marque une forme de nostalgie, celle de la grandeur perdue de la France, vraisemblablement la plus grande puissance au XVIIe siècle » , conclut Arnaud Benedetti. En les accueillant dans la demeure de Louis XIV, c’est un peu de cette grandeur que les chefs d’État français espèrent offrir à leur hôte.

 

Alexis Feertchak, « Le château de Versailles, lieu diplomatique prisé d’Emmanuel Macron »,

lefigaro.fr, 12 septembre 2018

Document 10. La recette de Macron pour séduire les grands patrons à Versailles (Europe 1, 28 janvier 2018)

Document 11. Un succès cinématographique qui profite à Versailles

 

Le château de Versailles, où se déroule l'essentiel de l'action du long métrage, a tout autant profité de cet engouement. La grosse machine américaine a rapporté 15 000 euros par jour de tournage au monument. Le service de presse estime que les quelque 4,5 millions d'entrées payantes enregistrées en 2005 seront dépassés cette année du fait de l'actualité cinématographique. D'autant plus que la sortie du film a coïncidé avec la réouverture du Domaine de Marie-Antoinette, lieu d'évasion de la souveraine lorsqu'elle était lasse du protocole de la Cour. Près de 265 000 visiteurs se sont pressés autour du Petit Trianon, du Pavillon français et autres Belvédère entre juillet et octobre 2006, contre un peu plus de 178 000 personnes à la même période de l'année dernière, lorsque seuls les Trianons étaient ouverts.

Le dynamisme du château de Versailles, engagé dans une vaste politique de rénovation avec mécénat à la clé (12 millions d'euros pour les travaux de la galerie des Glaces, financés par Vinci), explique sans doute ce regain d'intérêt. Mais le buzz entourant Marie-Antoinette, entretenu par les numéros spéciaux des magazines, y a aussi contribué. Ce n'est pas tout : après l'édition du parfum Sillage de la Reine, en partenariat notamment avec Baccarat, l'horloger Breguet annonce qu'il va recréer la montre de Marie-Antoinette.

 

Pascale Caussat, Si Versailles m’étais compté, Strategies.fr, 14 décembre 2006

Réaménager la mémoire. Les usages de Versailles de l’empire à nos jours
Commenter cet article

Archives

À propos

Ce blog pédagogique d'histoire-géographie et d'éducation morale et civique (E.M.C.) tire son nom d'un terme issu du parler gaga (le parler stéphanois) ; le cafuron (window in english !) est une lucarne ou un oeil de boeuf éclairant un réduit. Ce blog s'adresse tout autant aux élèves du lycée Jacob Holtzer (Firminy- Loire) qu'à un public plus large. Bonne visite !