Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 Mar

Les sociétés face aux risques : explosions dans un dépôt d'armes en Albanie

Publié par Louis BRUN  - Catégories :  #seconde

Devoir de géographie : Les sociétés face aux risques (17 mars 2008 – classe de 2nde 3)



Document 1. Quelques données statistiques
 
Albanie
France
IDH
0.801
0,952
PNB (par habitant) en dollar
2 960
36 550




Document 2. Carte de l'Albanie (source : Wikipédia, encyclopédie en ligne)

undefined

 

 
Document 3. Explosions dans un dépôt d’armes en Albanie
 
L’explosion de samedi dans un dépôt de munitions de l'armée albanaise près de Tirana a fait au moins cinq morts et 243 blessés, a annoncé dans la soirée le Premier ministre Sali Berisha. Les recherches ont été interrompues pour la nuit. (1)
M. Berisha a précisé que trois corps avaient été identifiés et que 12 des 142 blessés encore hospitalisés se trouvaient dans un état grave. Selon lui, aucun étranger ne se trouvait apparemment dans le secteur au moment de l'accident, qui a entraîné l'évacuation de 4.000 habitants de trois villages de la zone. D'après le ministre de la Santé Nard Ndoka, nombre d'enfants figurent parmi les blessés. Un peu plus tôt, le Premier ministre avait déclaré qu'il semblait "que le nombre de morts soit considérable".
L'explosion initiale a provoqué des déflagrations en chaîne dans le dépôt, empêchant les secours d'accéder au site. La police a précisé que la cause n'était pas connue dans l'immédiat mais déclaré qu'elle ne semblait pas avoir été provoquée par un attentat. La déflagration a conduit les autorités à suspendre les vols pendant au moins une demi-heure à l'aéroport international de Tirana.
Qualifiant la situation de "grave", Sali Berisha a expliqué que le dépôt était évacué, selon sa porte-parole Juela Mecani. La situation est "alarmante", a-t-elle ajouté. A la télévision albanaise, le président Bamir Topi a lancé un appel au calme pour éviter "la panique et le chaos".
Le dépôt, qui servait de lieu de destruction d'un excédent de munitions, se trouve dans le village de Gerdec, à une dizaine de kilomètres au nord de Tirana, la capitale. Selon M. Berisha, la destruction était réalisée par une société albanaise sous contrat avec une société américaine de Californie du Sud. Environ 6.000 ou 7.000 tonnes de munitions et explosifs avaient ainsi été détruits l'an dernier. Quelque 100.000 tonnes de munitions et obus sont stockées dans des dépôts du pays, selon le ministre de la Défense Fatmir Mediu.
L'explosion a été entendue à plus de 50km à la ronde, provoquant la fuite d'habitants de localités environnantes. Un photographe d'AP sur place a constaté que des maisons situées à plus d'un kilomètre de distance avaient été endommagées.
Le bureau de Sali Berisha a publié un communiqué citant des témoins selon lesquels 110 personnes travaillaient dans le dépôt au moment de l'accident. Il y aurait eu un délai d'une dizaine de minutes entre la première explosion et les suivantes, ce qui aurait permis à une bonne partie des employés de s'enfuir. M. Berisha n'a pas exclu la possibilité d'une erreur humaine mais a souligné que l'explosion pouvait s'être déclenchée sans intervention. "Le problème des munitions est des plus graves en Albanie et représente une menace permanente. Il y en a une quantité colossale, folle depuis 1945." (…)
A Paris, le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a téléphoné à Sali Berisha pour lui dire que "la France se tient prête à apporter son appui aux opérations de secours", d'après un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Les Etats-Unis se sont également dits prêts à participer.
Le ministre albanais de la Santé a aussi fait état d'offres d'assistance de l'Italie, de la Grèce et de la Suisse, entre autres pays. Certains des blessés les plus graves pourraient être évacués vers ces pays s'ils sont transportables. L'Italie dépêchait du personnel et du matériel médical à la demande de Tirana.
Au Kosovo voisin, dont 90% des deux millions d'habitants sont albanophones, des centaines de personnes faisaient la queue devant un hôpital de Pristina pour donner leur sang, tandis que la force de maintien de la paix de l'OTAN envoyait du sang par hélicoptère, selon les autorités. Des Macédoniens ont aussi donné leur sang à Skopje, et le ministre des Affaires étrangères Antonio Milososki l'a même fait une fois arrivé à Tirana.
 
Site Internet du magazine le Nouvel Observateurhttp://tempsreel.nouvelobs.com/, 15 mars 2008
 
 
(1) Bilan communiqué par l’AFP le dimanche 16 mars 2008 :
-au moins neuf morts et 243 blessés
-318 maisons ont été entièrement détruites, 185 grièvement endommagées et environ 1.800 légèrement touchées



1. Localisez et présentez l’Albanie
 
L’Albanie est située en Europe du Sud-Est (Europe balkanique). Ce pays est délimité au nord par le Monténégro et la Serbie (la carte ne fait pas apparaître le nouvel Etat du Kosovo, ) au sud par la Grèce, à l’Est par la Macédoine et à l’Ouest par la Mer Adriatique.
Ce pays est un pays pauvre confronté à des difficultés de développement. En effet son PNB est faible et son IDH est inférieur à celui de la France.
 
 
2. Où se localise le village de Gerdec ? Que s’y est-t-il produit le 15 mars 2008 ? Quelles sont les causes de cet évènement ?
 
Le village de Gerdec se localise à une dizaine de kilomètre au Nord de Tirana (au centre du territoire albanais). Plusieurs explosions dans un dépôt d’armement sont survenues le 15 mars 2008. Les causes de cet évènement ne sont pas encore totalement élucidées. Mais il semblerait qu’elles soient d’origine accidentelle.
 
 
3. Quelle directive européenne ne semble pas avoir été appliquée ici ? Que prévoit cette directive ?Pourquoi l’Albanie ne semble pas l’avoir appliquée  ?
 
La directive SEVESO ne semble pas avoir été appliquée ici. En effet, cette directive prévoit un certain nombre de mesures :
 
- Limitation de l’urbanisation autour des sites dangereux 
- Information du public
- Une étude des dangers
 
Hors, la localisation de l’usine laisse supposer que ces mesures de précaution n’ont pas été respectés.
 
L’Albanie ne l’a pas appliquée car ce pays n’appartient pas à l’Union Européenne. Elle n’est donc pas tenue de se conformer à la législation de l’U.E. Elle doit aussi gérer un problème qui dépasse ses moyens d’action (manque de moyens financiers)
 
 
4. A quel type de risque était confronté ce village ? Ce cas est-il isolé dans ce pays ? Justifiez
 
Ce village était donc confronté à un risque technologique. En effet nous sommes bien en présence d’un danger potentiel (le dépôt de munitions) confronté à des enjeux humais et environnementaux. Comme nous l’apprend le document 3, ce cas n’est malheureusement pas isolé. "Le problème des munitions est des plus graves en Albanie et représente une menace permanente. Il y en a une quantité colossale, folle depuis 1945." L’Albanie est donc un pays particulièrement vulnérable pour ce type de risque.
 
 
5. En quoi l’ événement survenu le 15 mars 2008 peut- être considéré comme une catastrophe ?Identifiez-en les différentes conséquences.
 
Cet évènement peut être considérée comme une catastrophe car il s’agit de la réalisation d’un risque potentiel. Cet catastrophe s’accompagne de dégâts humains (au moins 9 morts et 243 blessés) et de dégâts matériels importants (318 maisons ont été entièrement détruites, 185 grièvement endommagées et environ 1.800 légèrement touchées)
On constate aussi un élan de solidarité européen : les pays voisins apportent leur aide à la population albanaise.
 
 
6. Comment la crise semble-t-elle être gérée par les autorités albanaises ? Qu'en déduisez-vous ? 
 
Les autorités albanaises semblent être dépassées par les évènements. La réaction de la population laisse suppose qu’aucun plan de gestion et d’évacuation ne soit élaboré : La situation est « alarmante » (...) . A la télévision albanaise, le président Bamir Topi a lancé un appel au calme pour éviter « la panique et le chaos ».
De plus l’Albanie semble manqué de moyens humains et matériels pour faire face à la crise. De nombreux pays européens apportent leur aide technique (envoi de matériel et de personnel médical) pour aider les Albanais. Les blessés transportables sont évacués vers l’Italie, la Grèce et la Suisse.
Les difficultés économiques et de développement expliquent en partie le manque d’efficacité des autorités albanaises.
 
 
7. A partir du travail réalisé, rédigez une réponse argumentée qui traite le sujet suivant : Causes et conséquences du drame du village de Gerdec
 
Introduction : Le 15 mars 2008 plusieurs explosions se produisaient dans un dépôt de munition situé dans le village de Gerdec, à une dizaine de kilomètre de la capitale Tirana. Comment analyser le drame survenu dans ce petit village albanais ? 
 
I. Un pays vulnérable
 
1. Le problème des stocks de munitions en Albanie
2. Un pays pauvre
3. Une usine située à proximité des lieux d’habitation
 
II. Les explosions de Gerdec : une catastrophe technologique
 
1. De lourdes conséquences humaines et matérielles
2. Des autorités qui paraissent être dépassées par l’évènement mais soutenues par la communauté internationale
 
conclusion : même sil est difficile de généraliser, les pays pauvres et connaissant des difficultés de développement semblent plus vulnérables aux risques

 

Commenter cet article

Archives

À propos

cafuron : mot issu du parler gaga signifiant "petite fenêtre", "oeil de boeuf éclairant un réduit" . Le cafuron est un blog d'histoire-géographie qui s'adresse au plus grand nombre ! Bonne visite !