Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 Dec

Auschwitz et la Solution finale

Publié par Louis BRUN  - Catégories :  #Projet Shoah

  Exercices à réaliser par la classe de 1iere S3  pour le jeudi 6 janvier 2011

 

 

La Solution finale prévoyait l’élimination  systématique des Juifs de toute l’Europe. Ceux-ci sont recensés, arrêtés et déportés à l’Est pour être exterminés. Les Nazis mettent alors au point des  centres de mise à mort pour atteindre leur objectif. 

 

Document 1. Camps de concentration et centres de mise à mort. (L'Histoire n°294, janvier 2005)

 

cartecamps.jpg

 

Document 2. L'aktion Reinhardt (encyclopédie multimédia de la Shoha) : cliquez ici.

 

Document 3. Auschwitz, noeud ferroviaire (Martin Gilbert, Atlas de la Shoah, l'Aube, 2005)

 

 

Image1.jpg

 

 

Document 4. Un immense complexe (L'Histoire n°294, janvier 2005) (en cliquant sur l'image vous accédez à l'article Auschwitz sur l'encyclopédie multimédia de la Shoah. Cet article vou spermettra de compléter votre réponse)

 

 aushwitz.jpg 

Le complexe des camps d'Auschwitz s'étend sur près de 40 km². Il est composé de 3 camps principaux et d'une quarantaine de kommandos (camps annexes) extérieurs.

Auschwitz I est un camp de concentration fonctionnant dès le printemps 1940,  où sont principalement internés des hommes polonais.

Auschwitz II-Birkenau est le plus grand de mise à mort pour les Juifs et les Tziganes. C'est là que construites les immenses chambres à gaz - crématoires. Au printemps 1944, au moment de la déportation des Juifs hongrois, la voie ferrée est prolongée jusqu'à la zone des chambres à gaz - crématoires. Birkenau est aussi un camp de concentration, notamment parce que le camp des femmes (résistantes, droit commun, otages, ...) ouvert à Auschwitz en mars 1942, y est transféré en août 1942.

Monowitz, où est construite l'usine IG Farben, est dénommée "Auschwitz III".

 

 

Document 5. Les essais de gazage au cyclon B dans le camp principal d’Auschwitz (septembre 1941)

 

Rudolf Höss a été le commandant du camp d'Auschwitz-Birkenau, du 1er mai 1940 jusqu'au 1er décembre 1943, puis de nouveau entre mai et septembre 1944.

 

Des fonctionnaires de l’Armée Rouge choisis ainsi furent envoyés aussi à Auschwitz pour être liquidés. (…). Pendant un de mes voyages  d’affaires, mon suppléant le Schutzhaftlagerführer Fritzsch fit usage du gaz pour les tuer. Il employa à cette fin une préparation d’acide prussique, « cyclon B », dont il avait une provision suffisante, car on l’utilisait constamment au camp comme insecticide. (…). Le gazage eut lieu dans les cellules d’arrestation du bloc 11. Protégé par un masque anti-gaz, j’ai observé la mise à mort. Dans les cellules encombrées la mort suivait immédiatement le jet du gaz. Un cri très bref, déjà presque étouffé, et tout était fini. (…). Je me souviens beaucoup mieux du gazage de neuf cents Russes qui eut lieu peu de temps après, dans le vieux crématoire (…).

Tout simplement, pendant qu’on déchargeait les camions, on perça rapidement plusieurs trous dans le plafond de la morgue. Les Russes durent se déshabiller dans l’antichambre et passèrent ensuite tranquillement à la morgue, parce qu’on leur avait dit qu’ils allaient à l’épouillage. Tout le convoi remplit exactement la morgue. Alors on ferma les portes et on laissa pénétrer le gaz par les trous. Je ne sais pas combien de temps a duré leur anéantissement, mais pendant un bon moment on entendait encore  une espèce de bourdonnement. D’abord quelques voix crièrent : « gaz ! » et puis ce fut un hurlement puissant et une pression contre les portes. Mais celles-ci ne cédèrent pas.

 

Mémoires de Rudolf Höss publié dans Auschwitz vu par les SS,

Musée d’Auschwitz Birkenau, V° édition, 2009

 

 

Document 6. Le témoignage d'Ida Grinspan (cliquez sur l'image puis une fois le site ouvert sélectionnez dans choisir un thème "témoignages : derniers témoins", puis "Ida Grinspan" et écoutez les chapitres 4 à 7)

 

 

intvidagrinspan.JPG 

 

Document 7. L'extermination des Juifs Hongrois : arrivée à Auschwitz (1944) (L'album d'Auschwitz)

  

arrivee2.jpg

 

 

kommando.jpg

 

 

Document 8. L’extermination des Juifs décrite par Rudolf Höss

 

Au printemps 1942, arrivèrent de Haute-Silésie les premiers convois de Juifs destinés à être exterminés. De la rampe de chemin de fer on les conduisit, à travers les prés du futur secteur de construction III (1), jusqu’à une ferme transformée en bunker I. Aumeier (2), Palitzsch et quelques autres Blockführers les accompagnaient et s’entretenaient avec eux de la façon la plus innocente en les interrogeant, pour les tromper, sur leurs professions, sur leurs aptitudes.

Arrivés à la ferme, ils reçurent l’ordre de se déshabiller. Ils entrèrent dans les pièces où ils s’attendaient à être désinfectés. Ils y allaient tout à fait tranquillement jusqu’au moment où quelques-uns d’entre-eux, pris d’inquiétude, se mirent à parler d’asphyxie et d’extermination. Une sorte de panique s’empara aussitôt de tous. Alors ceux qui se tenaient encore dehors furent poussés rapidement dans les chambres et les portes furent fermées à l’aide des vis.

Dans les convois suivants on cherchait d’avance les esprits agités et ne les quittait pas des yeux. Dès qu’une inquiétude se faisait sentir on s’emparait discrètement de ceux qui la semaient, on les conduisait derrière la maison et on les tuait avec des carabines de petit calibre sans que les autres puissent s’en apercevoir. La présence du Kommando spécial et le calme de ses membres rassura les inquiets qui pressentaient quelque chose. Ce qui les rassurait aussi  c’est que plusieurs hommes du Kommando spécial entraient avec eux dans les chambres et y restaient jusqu’au dernier moment. Un SS se tenait également jusqu’au dernier moment sur le pas de la porte.

Il importait avant tout de garder le plus grand calme pendant toute l’opération, depuis l’arrivée jusqu’au déshabillage. Surtout pas de cris, pas d’agitation ! (…) Les Sonderkommandos étaient composés exclusivement de Juifs originaires des pays dont provenaient les victimes, ce qui leur permettait de se comprendre et de rassurer les soupçonneux. (…).

Beaucoup de femmes cherchaient à cacher leurs nourrissons sous un tas de vêtements. Mais les membres du Kommando spécial y faisaient particulièrement attention et à force de persuasion, amenaient la mère à emporter son enfant. Les femmes croyaient que la désinfection était dangereuse pour les petits ; et alors elles essayaient de les cacher.  (…).  Les hommes des Kommandos spéciaux retiraient les cadavres des chambres à gaz, leur arrachaient les dents en or, leur coupaient les cheveux, les traînaient vers les fosses ou vers les fours crématoires. Ils entretenaient le feu, arrosaient le brasier avec la graisse extraite des cadavres, ils remuaient les montagnes de corps brûlant pour faciliter l’arrivée d’air.

 

Mémoires de Rudolf Höss publié dans Auschwitz vu par les SS,

Musée d’Auschwitz Birkenau, V° édition, 2009

 

 

1. voir plan du camp (carte 1 p. 196)

2. Il occupe le poste de 1ier chef de camp à Auschwitz

 

 

Document 9. Reconstitution de la chambre à gaz-crématoire (Le Point, 21 février 2008)

 

PlanAUSCHWITZ2.jpg

 

Exercice 1. L’aktion Reinhardt

 

1. Quelles différences doit on faire entre camps de concentration, centres de mise à mort (ou camps d’extermination)  et camps mixte ? Où se localisent-ils ? (document 1)

2.  Qu’est- ce que l’opération Reinhardt ? (document 2 : lien sur le site du musée de l’holocaust)

3. Quels sont les trois centres de mise à mort construits pour mener à bien cette politique ? Indiquez et expliquez leur localisation.  (document 2)

4. Sur quelle période ces centres fonctionnaient-ils ? (document 2)

5. Qui sont les victimes ? Comment fonctionnaient ces centres ? (document 2)Lisez le document 3 p. 195. Quels sont les mensonges présents sur cette affichette ? Quel est l’objectif poursuivi ?

6. Quel est le bilan humain que l’on peut en dresser. (document 2)

7. Qu’advient-il de ces camps  une fois l’opération Reinhardt terminée ? Pourquoi ? (à partir du site du musée de l'holocaust, cliquez sur le nom des camps concernés pour trouver la réponse)

 

 

Exercice 2. L’enfer d’Auschwitz : le plus grand centre de mise à mort.

 

a. un immense complexe

 

1. Où se situe le complexe d’Auschwitz-Birkenau ? Expliquez le choix de cette localisation (document 3 ci-dessus  et document 2 p. 189)

2. Nommez, datez  la construction et indiquez  la fonction  de chacun des camps composant  le complexe d’Auschwitz. Répondez en reproduisant et complétant le tableau suivant (document 4 )

 

 

Auschwitz I

Auschwitz II

Auschwitz III

Nom du camp

 

 

 

Date de création

 

 

 

fonction

 

 

 

 

3. Quand ont lieu les premiers gazages à Auschwitz ? Sur qui ? Décrivez le processus mis en place  ? (document 5) 

 

b. De la sélection à l’extermination

 

1. Que se passe-t-il lorsque les déportés arrivent dans le camp ? Pourquoi ? (document  6 et document 7)

2. Quelles sont les mesures prises lors de l’arrivée des  victimes ?  Dans quel but ? (document 8)

3. Comment s'effectuaient l'élimination des victimes ? (documents 8 et 9) + schéma du centre de mise à mort)

4. À quoi peut-on assimiler Auschwitz-Birkenau (vous pouvez  vous aider du doc. 1 p. 196 ) ?

 

c. Les conditions de vie quotidienne dans le camp

 

1. Quelles sont les mesures prises pour déshumaniser les victimes ? (document 6)

2. Quelles sont les conditions de vie au quotidien dans les camps ? Quelles en sont les conséquences ?  (document 6)

3. Quel est le but des expériences médicales du Dr Mengele (document 2 p. 196)

 

d. conclusion

 

1. Quel bilan peut-on dresser du fonctionnement d’Auschwitz-Birkenau ?

2. Quelle place occupe Auschwitz dans le processus génocidaire ?

 

 

 

 

Commenter cet article

(Clovis Simard,phD) 02/01/2011 14:18


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-18, THÉOREME de GIOTTO.

L'ÉPOQUE DES GRANDS MAÎTRES ITALIENS et LES MATHS?

Cordialement

Clovis Simard


Archives

À propos

cafuron : mot issu du parler gaga signifiant "petite fenêtre", "oeil de boeuf éclairant un réduit" . Le cafuron est un blog d'histoire-géographie qui s'adresse au plus grand nombre ! Bonne visite !