Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 Jun

Pistes de correction pour l'épreuve d'histoire-géographie - Bac 2011

Publié par Louis BRUN  - Catégories :  #Archives terminale S

Ce ne sont que quelques pistes de correction. Les plans volontairement succincts ne sont qu’indicatifs.

 

 

 Histoire

 

 

Sujet 1 : Economie, société et culture en France depuis la fin des années 1950.

 

Le sujet classique correspond au libellé du programme.  La borne chronologique nous invite à mettre en évidence des évolutions (éventuellement les permanences) des années 1950 à nos jours (phase de croissance [trente glorieuses], crises des années 70).

Ainsi le sujet nous incite à décrire les mutations des structures économiques et sociales (évolution de la population, des modes de vie) ainsi que l’évolution et des pratiques culturelles.

 

Problématique possible : Quelles sont les évolutions économiques, sociales et culturelles majeures en France depuis les années 1950 ?

 

La situation de la France au lendemain de la guerre peut rapidement être évoquée dans l’introduction et permet ainsi d’insister sur le miracle économique français des années 50.

 

Le plan peut éventuellement suivre celui suggéré par le sujet.

 

Dans une première partie le candidat peut traiter de la période de forte croissance (les Trente glorieuses) et des difficultés économiques que la France rencontre depuis les années 70 (la difficile adaptation à la mondialisation).

Il peut y décrire les caractéristiques de cette croissance (rythme de croissance, secteurs moteurs…) et identifier les facteurs explicatifs (facteurs économiques, scientifiques et sociaux) : libéralisation des échanges, augmentation de la demande, triomphe du taylorisme…)

Dans un deuxième temps, le candidat peut décrire la crise durable qui frappe la France à partir des années 70. Il peut présenter les visages économiques de cette dépression (chômage, stagflation)  et envisager des causes possibles. Les moyens mis en œuvre pour lutter contre la crise peuvent également être abordés (politique de rigueur et de relance).

 

Dans une deuxième partie le candidat peut traiter des mutations sociales. Il peut par exemple faire apparaître l’enrichissement généralisée de la population (tout en soulignant la persistance de certains inégalités régionales et sociales), l’essor de la société de consommation ; il peut aussi montrer que le cadre de vie évolue (exode rural et urbanisation, étalement urbain). Les structures familiales et professionnelles connaissent également au cours de cette période une forte mutation :  baby-boom au papy-boom, évolution des mœurs  [recul du mariage, émancipation des jeunes, des femmes….], fin des paysans puis des ouvriers...

 

Dans une troisième partie, le candidat traite des mutations culturelles en soulignant l’essor d’une culture de masse alors que dans le même temps une culture classique perdure.  Le candidat peut aussi souligner le recul des grandes idéologies, l’évolution des pratiques religieuses ainsi que l’essor de nouvelles pratiques culturelles.

 

 

 

Sujet 2 : La colonisation européenne et le système colonial, du milieu du XIX° siècle au milieu du XX° siècle.

 

Le sujet est également classique et correspond là aussi à un libellé de programme.  Les bornes chronologiques et la formulation du sujet nous invitent à décrire le processus de colonisation (les formes, les lieux de la conquête et  ses motivations) ainsi que la mise en place et le fonctionnement du système colonial jusqu’à la Seconde Guerre mondiale (apogée de la domination européenne).

 

Problématique possible : Quand et Pourquoi les Européens entreprennent-ils la conquête coloniale ? Quelles formes prend la domination coloniale ?

 

Dans l’introduction, le candidat peut rappeler que la conquête coloniale avait été un temps délaissée par les Européens (effondrement des empires espagnols et portugais en Amérique) et qu’il faut attendre la deuxième moitié du XIX° siècle pour que la colonisation suscite à nouveau l’intérêt (relatif) des Européens.

 

Dans une première partie, le candidat traite du processus de colonisation. Il peut ainsi rappeler les arguments qui permettent de justifier aux yeux de l’opinion publique la conquête coloniale (arguments civilisateurs, économiques, politiques…). Il rappelle quelles sont les grandes puissances coloniales en compétition (Royaume Uni, France, Pays Bas, ) , les formes de la conquête (violente ou pacifique) , les territoires conquis (Afrique et Asie) et la constitution des grands empires coloniaux (empire colonial britannique et empire colonial français).

 

Dans une deuxième partie, le candidat décrit les formes prises par le système colonial. Il peut éventuellement comparer les principes (assimilation, association) qui ont conduit à la mise en place de différentes formes d’administration (administration directe et administration indirecte) tout en rappelant qu’au-delà des grands principes, la situation sur le terrain est complexe : une même puissance coloniale peut avoir recours à différents modes d’administration (selon la nature du territoire colonisé).

 

Dans une troisième partie, le candidat peut mettre en évidence les formes et les conséquences économiques et humaines de l’exploitation coloniale : économie de traite, spoliation des terres, travail forcé…Le bouleversent des sociétés coloniales et l’essor des premières contestations (de la part des colonisés eux-mêmes et de certains européens [parti communiste] permettent de clore cette partie.

 

 

Sujet III. Comment se termine la guerre froide ?

 

L’ensemble documentaire est constitué d’un document d’interprétation (le document 1) et de 4 documents source ; classés de manière chronologique (de la fin des années 80 à 1991), ils permettent de comprendre les raisons  de la fin de la guerre froide.

 

Première partie

 

1. A quelles caractéristiques majeures de la guerre froide Mikhaïl Gorbatchev fait-il référence dans les documents 3 et 5 ?

 

Gorbatchev rappelle dans ces documents les grandes caractéristiques de la guerre froide ; cette guerre froide a opposé depuis la fin de la 2nde Guerre mondiale deux systèmes idéologiques (ex)portés par chacun des deux Grands vainqueurs de la guerre : la démocratie libérale et le capitalisme défendu par les Etats-Unis et le marxisme-léninisme porté par l’URSS.  (Document 3 : « Une nation peut choisir entre le capitalisme et le communisme » « les différences idéologiques ne devraient pas être reportées sur la sphère des relations entre Etats, pas plus que la politique étrangère ne devraient leur être subordonnée. ».  Jusqu’en 1991, le monde s’organisait de façon bipolaire, les deux Grands s’étant constitués leur propre sphère d’influence (blocs).

Il rappelle aussi que ces tensions idéologiques ont constitués un véritable danger pour la planète en raison d’une éventuelle guerre nucléaire. Les deux Grands se sont livrés une véritable course à l’armement (les Etats-Unis disposent de l’arme nucléaire depuis 1945 et l’URSS depuis 1949)  et l’arme nucléaire a été à la fois une source de tensions (voir la crise de Cuba) et un élément de dissuasion (équilibre de la terreur) (Document 3 : « la guerre nucléaire est insensée ; elle est irrationnelle…. ») (Document 5 : « la course aux armements et la militarisation insensée… »

 

 

2. En quoi la fin des années 1980 constitue-t-elle un tournant dans les relations internationales (documents 2 et 4) ?

 

 

Le document 2 est un extrait du traité de Washington. On comprend que les deux Grands renoncent à la course aux armements et acceptent la  destruction des fusées Pershing et SS 20 en Europe installées quelques années plus tôt.

L’expression des mouvements de contestation dans le bloc communiste se multiplient comme nous le montre le document 4 : en RDA, des manifestations  de masse et pacifiques sont organisées.  De nombreux Allemands de l’est passent également à l’ouest (par la Hongrie et la Tchécoslovaquie) ; le 9 novembre 1989, le mur de Berlin tombe 28 ans après sa création. C’est un symbole de la  guerre qui disparaît.  L’URSS n’est pas intervenue avec les troupes du pacte de Varsovie pour maintenir l’ordre en place : elle a laissé faire sans réagir, ce qui constitue là aussi un véritable tournant dans les relations internationales : l’URSS renonce à sa sphère d’influence.

 

3. D’après les documents 1, 3 et 5, quelles raisons ont menées à une volonté d’apaisement des tensions ?

 

Les documents 1 et 5  permettent de mettre en évidence le facteur économique et social  à l’origine de la volonté d’apaisement des tensions.

Les Etats-Unis s’affirment comme la grande puissance économique. Son PNB est deux fois plus important que celui de l’URSS.

 Même si en valeur absolue, les Etats-Unis consacrent plus d’argent  que l’URSS aux dépenses militaires, ils n’en consacrent que moitié moins en valeur relative. L’URSS continue donc de mener une politique d’armement ruineuse.  Son armée est beaucoup plus importante que celle des Etats-Unis tout comme son arsenal nucléaire. On peut aussi rappeler que l’intervention en Afghanistan (1979) a été particulièrement coûteuse. 

La situation économique et sociale de l’URSS se dégrade donc. En effet les dépenses militaires ont  empêché l’URSS d’investir et de moderniser ses outils de productions et d’améliorer le sort des soviétiques (pénurie alimentaire, rationnement).  La société « était à la limite du supportable » (document 5). Gorbatchev nous décrit un système bloqué (obnubilé par la compétition idéologique et militaire), incapable de se réformer et de répondre aux besoins de sa population.

Le document 3 met en avant le facteur idéologique. En 1985, l’arrivée au pouvoir en URSS de Gorbatchev marque un tournant dans les relations Est-Ouest. On devine dans le texte une véritable rupture idéologique. Conscient du danger nucléaire et de l’impasse de l’affrontement Est-Ouest, Il renonce à imposer par la force son modèle et laisse le choix aux nations entre capitalisme et socialisme. Cette fin des tensions s’inscrit dans la politique de Glasnost (politique de transparence accordant davantage de liberté d’expression) et de Perestroïka (reconstruction économique) voulu par Gorbatchev.  

 

4. Comment la politique nouvelle et l’évolution de l’URSS ont-elles modifié la situation des pays d’Europe de l’Est (documents 3, 4 et 5) ?

 

La politique menée par Gorbatchev permet l’expression des mouvements de contestation dans les pays d’Europe de l’Est. Progressivement, ces pays (Pologne, Hongrie, RDA, Tchécoslovaquie…) s’émancipent de la tutelle soviétique et renoncent au système communiste : abandonné par l’URSS, les démocraties populaires s’écroulent sous la pression de la rue ;   on assiste à une transition démocratique (pacifique et/ou violente). Progressivement, ces pays deviennent des démocraties libérales (document 5 : « Les peuples, les nations ont obtenu une liberté réelle pour choisir la voie de leur autodétermination.»)

L’URSS s’effondre à son tour : les minorités nationales se réveillent  en URSS et proclament leur indépendance en 1990 : Lettonie, Estonie et Lituanie et République de Russie (Document 5 : « tout près du nouvel Accord sur l’Union. ») Ces évolutions suscitent des tensions en URSS même : les conservateurs tentent de conserver le pouvoir par un putsch qui échoue (document 5 : « opposition croissante des forces du passé moribond et réactionnaire »). Mais le mouvement est irréversible. En décembre 1991 Gorbatchev démissionne et l’URSS disparait  (proclamation de 11 Républiques indépendantes (ex. Ukraine, Biélorussie, Géorgie…). Une page de l’histoire est tournée.

 

Un plan possible (suggéré en partie par les questions de l’exercice 1)

 

I. Les caractéristiques de la guerre froide

 

1. Un monde bipolaire

2. course à l’armement et danger nucléaire

 

II. Un changement de cap lié à de multiples facteurs

 

1. Un pays ruiné qui n’a plus les moyens de maintenir son influence

2. Une prise de conscience de l’impasse de la guerre froide

 

III. une politique d’apaisement tardive  et effondrement du bloc soviétique et de l’URSS

 

1. Gorbatchev et ses volontés de réformes

2. Une nouvelle approche des relations internationales (démilitarisation, fin du contrôle sur les démocraties populaires)

3. La disparation du bloc communiste et l’effondrement de l’URSS

 

 

 

Géographie

 

 

Les sujets proposés sont également classiques ; il s’agissait d’un véritable travail de restitution. Je vous laisse par conséquent revoir le travail élaboré en classe.

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

cafuron : mot issu du parler gaga signifiant "petite fenêtre", "oeil de boeuf éclairant un réduit" . Le cafuron est un blog d'histoire-géographie qui s'adresse au plus grand nombre ! Bonne visite !