Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
08 Sep

Une puissance complète qui s’assume (1941-1947)

Publié par Louis BRUN  - Catégories :  #Terminale S

 Pourquoi les Etats-Unis décident-ils d’intervenir dans le second conflit mondial ? En quoi permet-il aux Etats-Unis de s’affirmer comme la première puissance mondiale ?

 

 

Chronologie indicative

 

Novembre 1932 : Franklin Delano Roosevelt (1882-1945) est élu 32ième président des Etats-Unis.  Elu à quatre reprises, il va avoir pour premier objectif de relever les Etats-Unis de la crise économique par sa politique du New Deal. Il va convaincre les Américains qu’ils ne peuvent pas rester à l’écart du monde et s’engager activement dans la lutte contre le nazisme.

Août 1935 : le Congrès vote la première loi de neutralité, interdisant la vente d’armes) des pays belligérants. Deux autres lois suivent en 1936 et 1937

1937 : Franklin Delano Roosevelt prononce le discours de la « quarantaine » dans lequel il engage un  changement de cap et prépare l’opinion publique à l’interventionnisme.

Mai 1938 : Franklin Delano Roosevelt obtient du Congrès un vote favorable au réarmement.

Mars 1941 : Vote de la loi « prêt-bail » visant à soutenir matériellement les pays en guerre contre l’Axe.

Août 1941 : Charte de l’Atlantique signée par les Etats-Unis et le Royaume Uni appelant à fonder une paix sur le droit.

7 décembre 1941 : attaque de Pearl Harbor.

6 janvier 1942 : Franklin D. Roosevlet lance le Victory Program,  un vaste d'économie de guerre qui permet à l'économie américaine de devenir "l'arsenal des démocraties" durant la Seconde Guerre mondiale en produisant des quantités croissantes de matériel de guerre.

6 juin 1944 : Débarquement allié en Normandie.

6 et 9 août 1945 : bombardement de Hiroshima et Nagasaki

 

Document 1. Roosevelt réveille l’Amérique

 

caricatureroosevelt

 

 

Oncle Sam : « Quelle horrible rêve ! Hitler était après moi… »

Roosevelt : « ce n’était pas un rêve mon ami ! »

Sur l’éponge : Discours de Roosevelt au Congrès ; 

 

 

 

Caricature de Leslie Illingworth, parue dans le Daily Mail, 8 janvier 1941.

 

 

Document 2. Les Etats-Unis en état de défense

 

Nous avons institué une politique d’aide aux démocraties […]. Cette politique a été mise en place dès le premier mois de la guerre, lorsque j’ai poussé le Congrès à abroger l’embargo sur les armes, prescrit par l’ancienne loi de neutralité […]. Dans les mois suivant l’ombre s’est épaissie et étendue. La nuit est tombée sur la Pologne, le Danemark, la Norvège, la Hollande, la Belgique, le Luxembourg et la France. En  juin 1940, la Grande-Bretagne s’est retrouvée seule pour  affronter cette machine de terreur qui a écrasé ses alliés. Notre gouvernement envoya d’urgence des armes pour répondre à des besoins désespérés. […] Et en mars 1941, cette année le Congrès a voté la loi du prêt-bail pour lequel un crédit de sept millions a été consenti. Cette loi fournit une aide matérielle « au gouvernement » de tout pays dont le Président estime la défense vitale à la défense des Etats-Unis . L’ensemble de notre  programme d’aide aux démocraties a été élaboré en ayant en permanence à l’esprit notre propre sécurité et le modèle de monde civilisé et sûr dans lequel nous souhaitons vivre. Chaque dollar envoyé repousse les dictateurs de notre hémisphère et chaque jour qui les en  éloigne nous donne le temps de fabriquer plus d’armes, de char, d’avions, de navires. Nous ne devons pas occulter notre intérêt dans cette aide […].

Certaines personnes semblent croire que tant que des bombes ne sont pas larguées sur les rues de New York, San Francisco, La Nouvelle Orléans ou Chicago, nous ne sommes pas attaqués. Ceux-là ferment tout simplement les yeux sur la leçon que nous devons tirer du sort de chaque nation conquise par les nazis. […]

C’est pourquoi […] j’ai proclamé ce soir l’état d’urgence national illimité et exigé le renforcement de notre défense […].

 

Franklin D. Roosevelt, discours radiodiffusé, 27 mai 1941

 

Document 3.  G.I. de la 1re division d'infanterie intégrés à la 1re armée en progression vers Frauwullesheim, en Rhénanie du Nord, le 28 février 1945, croisant une colonne de jeeps Willys MB.

 

 GI au front

 

  

 

Document 4. Le liberty Ship " SS Carlos Carrillo off San Francisco en 1945

 

 

 

libertyship

 

 

 

Avec le rétablissement de la conscription, 12 millions de G.I. combattent en Asie et débarquent également en Afrique du Nord, Italie puis en France. 

Avec le Victory Program, 640 000 jeeps (General Purpose) seront construites.  Il permet aussi la construction de navires. Le Liberty ship, ou navire de la Liberté, est un cargo chargé de ravitaillement et de matériel destinés à l’Europe. Peu couteux et rapide à construire, il devient le symbole de la puissance de l’efficacité de l’industrie américaine. Le premier bateau a été construit avant Pearl Harbour en deux cent quarante-quatre jours. En août 1942, il ne faut plus que quarante-cinq jours pour assembler un Liberty ship. Le record est même battu avec la construction d’un navire en moins de cinq jours, mais la durée moyenne d’assemblage est de six semaines. Cette efficacité industrielle est liée à préfabrication (de nombreuses pièces sont pré-assemblées avant le montage général) et la standardisation.  Grinçants, gémissants, les Liberty ships ont sillonné tous les océans et affronté toutes les tempêtes, transportant à eux seuls près de 75% de l’effort de guerre américain.

 

Document 5. Le projet Manhattan

 

 

 Le Projet Manhattan est le nom de code du projet de recherche mené par les États-Unis avec la participation du Royaume-Uni et du Canada qui produisit la première bombe atomique. Il permet aux Etats-Unis d’assoir sa supériorité militaire et scientifique.

 

  usineK25

 

 

 Situé dans le Tennessee, l’usine d’enrichissement d’uranium d’Oak Ridge est un immense complexe industriel de 20 km² (1945, American Museum of Science and Energy)

 

 sortieusineuranium

 

  

Changement d'équipe à l'usine d'enrichissement de l'uranium Y-12 à Oak Ridge. En mai 1945, 82 000 personnes étaient employées par le Clinton Engineer Works (1945, Ed Westcott / American Museum of Science and Energy)

 

  

Document 6. We can do it (affiche de propagande de 1942 pour la société Westinghouse qui a dès 1940 tourné une partie de son activité vers la production de radar et de  réacteur)

 

 

   wecandoit

 

 

 

 

Document 7 Les Nations-Unies combattent pour la liberté.

(1ière affiche des Nations-Unies regroupant les drapeaux des 26 pays signataires, U.S. Office of War Information).

 

Le 1er janvier 1942, pendant la 1ère conférence inter-alliée de Washington , 26 gouvernements signent la déclaration des Nations Unies. Cette déclaration rappelle la Charte de l’Atlantique du 14 août 1941 et  est l’un des textes fondateurs de l’Organisation des Nations Unies. Les signataires s’engagent à utiliser toutes leurs ressources contre l’Axe, et à ne pas signer d’armistice ou de paix séparés avec eux.

 

 

 

affichenationsunies.jpg

 

 

 

  

Document 8. La puissance américaine vue par de Gaulle

 

De Gaulle relate ici sa visite auprès de Truman à la fin du mois d'août 1945.

 

Parmi les belligérants, ce pays était le seul intact. Son économie, bâtie sur des ressources en apparence illimitées, se hâtait de sortir du régime de temps de guerre pour produire des quantités énormes de biens de consommation. L'avidité de la clientèle et, au-dehors, les besoins de l'univers ravagé garantissaient aux entreprises les plus vastes débouchés, aux travailleurs le plein emploi. Ainsi, les États-Unis se sentaient assurés d'être longtemps les plus prospères. Et puis, ils étaient les plus forts ! Quelques jours avant ma visite à Washington, les bombes atomiques avaient réduit le Japon à la capitulation.

Le président (Truman) n'envisageait donc pas que la Russie put, de sitôt, risquer directement une guerre. C'est pourquoi, m'expliquait-il, les forces américaines achevaient de quitter l'Europe, à l'exception d'un corps d'occupation en Allemagne et en Autriche. Mais il pensait qu'en maints endroits la ruine, la misère, le désordre, pouvaient avoir pour conséquence l'avènement du communisme et procurer aux Soviets autant de victoires sans batailles. Au total, le problème de la paix n'était donc, suivant lui, que d'ordre économique.

 

Charles de Gaulle, Mémoires de guerre,tome 3: Le Salut (1944-1946), Plon, 1959

 

Document 9. Le bilan industriel de la Seconde Guerre mondiale

 

Indice de la production industrielle en 1947 (base 100 = 1937

Allemagne

37

Belgique

91

France

85

Italie

90

Pays Bas

94

Royaume-Uni

100

Etats-Unis

163

 

  

Document 10. La conférence de Potsdam (Etats-Unis, URSS et Royaume Uni)

 

La Conférence a adopté la déclaration suivante sur la politique commune à suivre pour établir dès que possible les conditions d'une paix durable après la victoire en Europe :

(…)  Pour ce qui est de l'admission des autres États dans l'Organisation des Nations unies, les trois gouvernements déclarent :

« 1° Que l'Organisation des Nations unies est ouverte à tous les autres États pacifiques qui acceptent les obligations stipulées dans la Charte actuelle et qui, de l'avis de l'Organisation, ont la possibilité et la volonté de remplir ces obligations ;

 2° Que l'admission de ces États comme membres des Nations unies aura lieu en vertu d'une décision de l'Assemblée générale, sur la proposition du Conseil de sécurité.

Les trois gouvernements soutiendront, en ce qui les concerne, les candidatures de tous les pays restés neutres pendant la guerre et remplissant les conditions mentionnées ci-dessus.

 

Extrait du communiqué à la presse du 2 août 1945,

cité dans le Recueil de textes à l’usage des conférences de la Paix, 1946.

 

 

 

Document 11. Affiche des Nations Unies. (Henry Eveleign, 1947)

 

L'ONU est créée le 25 juin 1945, à la conférence de San Francisco. Elle réunit 51 pays signataires de la Charte des Nations unies. Elle a deux buts : œuvrer au maintien de la paix grâce au règlement pacifique et négocié des conflits mais aussi faire respecter les droits de l'homme et le droit international

 

  

nationsunies

 

 

 

 

  

Document 12. La conférence de Brettons Woods (reportage de France 2 du 18 octobre 2008 pour le journal de 20h)

 

 

cliquez ici.  

 

 

 

Exercice 1. Les Etats-Unis : « l’arsenal des démocraties »

 

1. Quelle attitude adopte le président Roosevelt à la fin des années 30  ? En quoi cela amorce-t-il un changement de cap dans la politique diplomatique des Etats-Unis ? Comment est justifiée cette attitude ? (chronologie indicative, documents 1 et 2)

2. Quelles mesures le président Roosevelt a-t-il pris pour soutenir les démocraties européennes face au danger fasciste ? (chronologie indicative, documents 1 et 2)

3. Comment se manifeste l’engagement des Etats-Unis dans le second conflit mondial à partir de décembre 1941 ? (documents 3 à 7)

4. Quel regard De Gaulle porte-t-il sur les Etats-Unis au lendemain de la guerre ?  Expliquez comment la guerre a permis aux Etats-Unis de s’affirmer comme la première puissance mondiale (documents 5, 8,  9).

 

Exercice 2. La mise en place d’un ordre américain ?

 

1. Montrez que bien avant la défaite du nazisme, les américains jouent un rôle déterminant dans l’organisation du nouveau monde (document 7)

2. Rappelez qui participe à la conférence de Potsdam (juillet 1945) ? Quel monde essaye-t-elle  d’organiser ?  Quelle institution internationale verra le jour par la suite ?   (Documents 10 et 11)

3. Sur quels principes les accords de Bretton Woods reposent-ils ? Dans quels buts ? (document 12)

 

Bilan : à partir du travail réalisé, vous ferez une présentation orale qui permet de répondre à la problématique de départ

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

cafuron : mot issu du parler gaga signifiant "petite fenêtre", "oeil de boeuf éclairant un réduit" . Le cafuron est un blog d'histoire-géographie qui s'adresse au plus grand nombre ! Bonne visite !